coagulation du sang
| |

La Vitamine K pour une bonne coagulation du sang, et plus encore

La vitamine K est une vitamine liposoluble, donc absorbée et stockée dans les tissus adipeux. Sa fonction principale est de soutenir la coagulation du sang. Elle existe sous deux formes : la phytoménadione (ou vitamine K1), et la ménaquinone (ou vitamine K2), formant plusieurs sous-groupes. La vitamine K1 est présente dans les aliments d’origine végétale. La vitamine K2 est produite naturellement par l’organisme, grâce aux bactéries présentes dans le côlon. On peut également retrouver de la vitamine K2 dans les aliments fermentés tels que le fromage et autres aliments d’origine animale. Il existe aussi de la vitamine K3, qui est sous forme synthétique uniquement (en gélules).

L’histoire de la vitamine K

La vitamine K1 aurait été découverte et isolée dans la luzerne par deux biochimistes : le danois Henrik Carl Peter Dam et l’américain Edward Adelbert Doisy.

La vitamine K2 aurait été à la base trouvée dans une farine fermentée de poisson. C’est également à ce moment-là que l’on a découvert que notre propre organisme produisait de la vitamine K. C’est le côlon qui s’occupe de cela, mais ce phénomène est seulement possible lorsque la flore intestinale est en bonne santé.

Ses rôles

Les deux formes de vitamine K incarnent chacune des rôles bien particuliers.

La vitamine K1 joue un rôle important dans le processus de coagulation du sang, car elle contribue à la production de protéines sanguines, essentielles à cette même coagulation. La vitamine K2, quant à elle, agit sur la calcification des tissus mous en favorisant le bon métabolisme de fixation du calcium des os. Cela aide donc les os à avoir une bonne minéralisation, pour qu’ils soient solides, forts et pleins de réserves de minéraux.

Nos besoins en vitamine K selon la période de la vie :

  • 0 à 6 mois : 2 µg/jour
  • 7 à 12 mois : 2,5 µg/jour
  • 1 à 3 ans : 30 µg/jour
  • 4 à 8 ans : 55 µg/jour
  • 9 à 13 ans : 60 µg/jour
  • 14 à 18 ans : 75 µg/jour
  • Hommes : 120 µg/jour
  • Femmes : 90 µg/jour

Les sources alimentaires de la vitamine K

Lorsqu’on apprête des aliments contenant de la vitamine K et que l’on veut bien les conserver, il faut savoir que c’est une vitamine sensible à la lumière, au milieu alcalin (milieu basique) et à l’air. La vitamine K n’est par contre pas sensible à la chaleur de la cuisson ni détruite par cette dernière.

Aliments riches en vitamine K1 :

Sources végétales : Légumes-feuilles verts (épinards), abricot, algue, asperge, brocoli, carottes, céleris, chou de Bruxelles, chou vert, chou-fleur, huile de canola, huile de soja, miso (pâte de soja fermentée) poire, prune et raisins

Aliments riches en vitamine K2 :

Sources animales : foie, fromage, lait, huile de poisson, yogourt

AlimentQuantitéVitamine K (µg)
Chou frisé ou cavalier, cuit½ tasse (120 g)442-561 µg
Épinards bouillis½ tasse (120 g)469-543 µg
Bette à carde cuite½ tasse (120 g)303 µg
Kiwi1 gros (90 g)37 µg
Persil frais15 ml (1 c. à soupe)62 µg
Laitue frisée1 tasse (240 g)103 µg
Asperges½ tasse (120 g)48-76 µg
Haricots verts½ tasse (120 g) 29 µg
Brocolis½ tasse (120 g)169 µg

Symptômes ou signes de carence en vitamine K

Fréquente chez les nouveau-nés, la carence en vitamine K est traitée par supplémentation.

La carence en vitamine K peut faire surface en cas de grave maladie du foie, des voies biliaires ou de l’intestin. Puisque le rôle principal de la vitamine K est de veiller à la coagulation du sang, une carence entraîne donc inévitablement l’effet opposé à la coagulation, soit un sang trop liquide et trop fluide (hypoprothrombinémie).

Le symptôme précurseur d’une carence en vitamine K s’exprime par des hémorragies, dû à des problèmes de coagulation du sang. C’est d’ailleurs exactement ce phénomène d’hypoprothrombinémie qui est la cause de ces hémorragies.

D’autres symptômes peuvent également s’observer tels:

  • Saignements dans la bouche ;
  • Saignements des voies urinaires ou génitales ;
  • Saignements au niveau de l’estomac, de l’intestin et de la peau ;
  • Hématomes (ecchymoses)

Bien qu’il est rare d’observer une carence en vitamine K sachant que le corps en produit par lui-même, il y a quand même certaines conditions de santé qui peuvent influencer l’apparition d’une carence en vitamine K :

  • Des troubles d’absorption intestinale (fibrose kystique, maladie cœliaque, etc.) ;
  • Des troubles graves au niveau du foie ou des voies biliaires ;
  • Prise d’antibiotiques de manière prolongée (destruction de la flore intestinale) ;
  • De l’alcoolisme

De plus, il faut savoir que la vitamine K entre en interaction avec la vitamine E : si on consomme trop de cette dernière, les bénéfices de la vitamine K s’en verront éradiquer. Les huiles minérales peuvent engendrer ce phénomène d’interaction avec la vitamine K également.

Si vous comptez prendre des suppléments en vitamine K, il serait préférable de consulter votre médecin au préalable pour s’assurer que cela n’entre pas en contradiction avec les autres médicaments que vous prenez, surtout s’ils ont un effet anticoagulant.

Et si on consomme trop de vitamine K?

Il semblerait qu’aucun effet indésirable n’ait été rapporté au sujet d’une toxicité à la vitamine K. 

Par contre, une toxicité à la vitamine K peut s’observer chez les nourrissons nourris au lait infantile. Les effets de cette manière d’alimenter les bébés peuvent engendrer une anémie due à la rupture des globules rouges et une jaunisse.

Pour faire le plein de vitamine K, essayez cette savoureuse recette de salade de roquette et épinards, vinaigrette à l’espresso toute simple.

Sources :

Informations tirées du ANREF, les apports nutritionnels de référence, 2002. Vitamine K — Vitamines et produits naturels — Familiprix

Mise à jour : Ph. D. Guy Rousseau, 2010.  La Vitamine K — Bienfaits, Sources, Carences, Astuces

Recette : Par Zeste. 2021 groupe TVA Inc. https://www.zeste.ca/recettes/salade-de-roquette-et-epinards-vinaigrette-a-l-espresso

A lire également