Allergie au lait ou intolérance au lactose: comment savoir?

0
1515

Article par Marie-France Lalancette, nutritionniste

Samedi matin, 5H45. Incapable de dormir. Le baptême de mon neveu, dimanche (qui devrait en principe être une belle occasion), s’est transformé en casse-tête et je suis incapable d’arrêter d’y penser. Ce n’est qu’un des nombreux casse-tête de ma vie quotidienne, d’ailleurs. J’ai les deux yeux grands ouverts à penser à ce que je vais donner à mes filles à la place du gâteau de baptême ! Je voudrais dormir et je me sens ridicule car toute la famille dort à poings fermés, même Buster le hamster et Ti-Pou le pitou. C’est alors que la réalité me frappe, et frappe fort : Quelle calamité que de vivre sans lait!

C’était il y a 10 ans…Ce jour là, j’ai imaginé ma vie de mère si je n’avais pas été nutritionniste. J’ai toute les compétences pour me débrouiller avec cette allergie et malgré cela, cette allergie me draine toute mon énergie ! C’est un souci constant ! Il doit y avoir des tas de gens qui en arrachent ! Je n’ai jamais vraiment su auparavant pourquoi j’avais choisi cette profession plutôt qu’une autre, à part le fait que j’avais toujours des livres de recettes à mon chevet malgré que je n’en fasse jamais l’essai. Mais ce jour-là, à 5H45 du matin, tout s’expliquait. Je suis devenue nutritionniste pour que mes filles ne souffrent pas. C’était écrit dans les étoiles…

C’est alors que je me suis levée, laissant tous ces beaux loirs roupiller, et j’ai marché telle une somnambule vers mon ordinateur, qui devait devenir une fois de plus mon domicile secondaire. Je me suis mise à écrire un livre sur l’allergie au lait, qui devint plusieurs années plus tard, un bel ajout dans la collection Savoir Quoi Manger aux Edition Modus, intitulé Sans Lactose:21 jours de menu. Je voulais rendre la vie des gens qui doivent vivre sans lait moins misérables, tant les intolérants au lactose que les allergiques au lait en leur partageant mes trucs testés et recueillis précieusement pendant plusieurs années.

L’allergie au lait

Il est important de comprendre que les réactions allergiques se manifestent seulement à cause des protéines, jamais des gras ou des glucides. Les protéines du lait sont constituées de quatre différentes sortes de caséine (en proportions qui varient selon l’espèce de mammifère qui l’aura produit) ainsi que du lactosérum. Une allergie peut être très spécifiquement reliée à l’une ou l’autre de ces protéines, ce qui complique le diagnostic.

La pasteurisation ne modifie pas le potentiel allergène des protéines du lait. Par contre, un traitement de chaleur prolongé ou une hydrolyse complète pourrait en réduire le potentiel allergène et c’est pourquoi certains individus tolèrent mieux le lait dans les recettes où il y a eu une cuisson ou encore certaines sortes de fromage où la présure réussit à hydrolyser une partie des protéines.

La plupart des allergies au lait se développent dans les premiers mois de la vie. Il est très rare qu’un enfant développe une allergie après 12 mois. Heureusement, la plupart des allergies au lait ont tendance à se régler par elle-même avec l’âge. La plupart des bébés allergiques surmonteront leur allergie avant l’âge d’un an. Il en reste quand même une proportion qui ne la surmonteront jamais, ou qui demeureront vulnérable à de grandes quantités de lait. Plus l’individu avance en âge, moins il a de chances de surmonter son allergie. Par contre, des études fournissent un certain espoir car il a été observé qu’il était possible que cette allergie soit encore surmontée durant l’adolescence.

L’intolérance au lactose

Puisque l’allergie ne peut provenir que des protéines, l’intolérance au lactose n’est pas une allergie. Le lactose est un sucre du lait, pas une protéine. Quand quelqu’un ne tolère pas le lactose, c’est parce qu’il ne produit pas suffisamment l’enzyme digestive appelée lactase nécessaire à la digestion de ce lactose. Les sucres non-digérés créent des malaises digestifs suite à l’ingestion de ce sucre. Les protéines du lait, quant à elles, s’en iront tranquillement vers la circulation du sang sans créer d’embûches, sans produire de cascade de réactions immunitaires.

Il est important de savoir que l’intolérance au lactose peut être transitoire, comme dans le cas de grossesse ou de maladie digestive particulière. Tout ce qui affecte l’intégrité de la muqueuse intestinale peut en principe inhiber temporairement la production de lactase. Quand la muqueuse redevient saine, la lactase revient. Il ne faut donc pas supposer que parce qu’on a déjà été intolérant au lactose, on le sera toujours. L’auto-diagnostic vaut la peine d’être fait pour y voir plus clair.

Pourquoi un diagnostic est-il important?

Si vous pouvez continuer à profiter des produits laitiers, faites-le ! En prenant de la lactase ou en connaissant bien les sources de lactose, vous bénéficierez des avantages du lait. Des produits laitiers naturellement faibles en lactose existent. C’est le cas de la plupart des yogourts de bonne qualité et des fromages fermes fermentés ou vieillis. (Les meilleurs!) Tant mieux si vous pouvez en profiter ! Les seules personnes qui doivent se passer des fromages sont les allergiques au lait, pas les intolérants au lactose. Avant de procéder à un diagnostic formel prescrit par un médecin, plusieurs personnes ont envie de tenter de confirmer si un lien existe entre leurs symptômes et la consommation de lactose. Il y a moyen d’élucider la question en suivant une méthode simple, mais systématique.

L’auto-diagnostic : un bon début en attendant les tests de diagnostics formels

Plusieurs intolérants au lactose se disent allergiques au lait. Ils jettent le bébé avec l’eau du bain! Et parce que les tests d’allergies au lait sont souvent peu fiables, ils peuvent rester sous l’impression qu’ils ne s’agit dans leur cas que d’une ‘intolérance’, celle-ci étant indûment associée à un phénomène moins grave. Mais ce n’est pas du tout le cas! L’intolérance au lactose et l’allergie au lait peuvent causer des symptômes légers ou sévères, dans les deux cas. Il y a une grande confusion des deux phénomènes parce que cesser de boire des ingrédients contenant du lait élimine les symptômes autnat pour l’allergique que pour l’intolérant au lactose.

Mais il y a une façon très simple de savoir si vous êtes allergique ou intolérant, avant d’aller à l’hôpital souffler dans un ballon pour mesurer votre production de gaz suite à l’ingestion de lactose : l’auto-diagnostic, lorsque bien appliqué, vous permettra, par une série d’étapes simples, de lever le mystère sur votre inconfort et en avoir le cœur net. Vous pourrez demander à votre médecin les analyses formelles par la suite pour confirmer le diagnostic.

Une condition répandue!

Si le lait vous pose problème, il y a de plus fortes chances que vous ne soyez qu »intolérant au lactose et non pas allergique car il y a beaucoup moins d’individus qui possèdent l’enzyme lactase sur cette planète que de gens qui la possèdent. La capacité à digérer le lactose que nous avons étant bébé tend à disparaître chez la plupart des peuples, sauf les peuples caucasiens qui ont développé une persistance de la lactase à l’âge adulte.

Les « anormaux » sont donc en principe, selon le point de vue où on se place, ceux qui peuvent boire du lait à souhait! Tant mieux pour ceux-ci car le lait est effectivement très nutritif, et c’est probablement pour cela que la capacité à produire la lactase est un trait qui s’est génétiquement sélectionné d’une génération à l’autre.

Faites-vous partie de l’exception?

Il n’est pas impossible que vous fassiez partie de l’exception (10% environ de la population) et que vos symptômes soient dûs à une allergie. Il est important de bien identifier la source de vos symptômes car si vous êtes intolérant au lactose, nul besoin de vous passer de lait, mais si vous êtes allergique, éviter le lait vous redonnera votre santé et votre énergie.

Pour l’allergie au lait, à part quelques traitements expérimentaux quand même prometteurs, il n’y a actuellement qu’un traitement efficace connu qui nous soit accessible : l’exclusion. Tant qu’on est allergique, on doit éviter le lait. 100% exclusion vous assure 100% de succès du traitement. Et ceci change littéralement la vie des allergiques. Car les symptômes reliés au lait ne sont pas que digestifs, en fait ils ne le sont que très rarement. On assiste à une grande variété de symptômes possibles qui peuvent grandement affecter la qualité de vie.

Vous aimeriez y voir clair ?

Mon livre Sans Lactose : 21 jours de menu disponible en pharmacie et en librairie vous propose toutes mes recettes sans lait, testées et approuvées par toute la famille au cours des 10 dernières années et seront adaptées à vous, que vous soyez allergique ou intolérant au lactose. Elles vous permettront également de mieux combler vos besoins nutritionnels malgré l’exclusion des produits laitiers.

 

Si vous êtes certain de ne pas tolérer les produits laitiers mais manquez d’idées, téléchargez le cours Cuisine Créative Sans Produits laitiers!