Allergie au lait: guide de survie à l’épicerie

0
644

Article par Marie-France Lalancette, nutritionniste

Quand on est nouvellement diagnostiqué allergique au lait et qu’on commence à regarder une liste d’ingrédients, on réalise à quel point il y a du lait partout. Seul à l’épicerie devant les dizaines de sacs de biscuits, vous aurez probablement le goût de vous sauver en courant! Comment retrouver LE sac de biscuits qui ne vous rendra pas malade? LA saucisse sans substance laitière modifiée? LE muffin sans lactosérum?

Vous aurez effectivement l’impression de chercher une aiguille dans une botte de foin. Mais pour vous consoler, dites-vous une chose : vous n’avez pas besoin de pouvoir manger toutes ces centaines de variété de biscuits, vous en avez seulement besoin d’une ou deux qui vous conviennent. Il y a toujours, parmi toute la variété disponible, une version qui convient. Une fois qu’elle est trouvée, vous ne l’oublierez plus et vous n’aurez plus à lire tous les sacs de biscuits un à un. Le rayon des biscuits sera réglé. Vous pourrez vous concentrer sur un autre rayon.

Petit à petit, vous aurez votre sorte de gâteau, de bâtonnet de poisson, de margarine, de soupe aux légumes, etc, que vous achèterez inconditionnellement. Cela n’est pas pire que celui qui se sent obligé de regarder les ingrédients parce qu’il est diabétique, ou fait du cholestérol. Votre casse-tête à vous s’arrête au lait. S’il n’y a pas de lait, vous le mettez dans le panier. Si vous l’aimez, vous le reprenez. Après quelque mois, l’épicerie d’un allergique devient même plus simple que celle d’une personne non-allergique. Ce, bien sûr, à condition d’aller toujours à la même épicerie.

Mes petits trucs pour m’ y retrouver:

Ayez toujours le réflexe de regarder la marque sans nom d’un produit en premier. Les marques sans nom sont parfois plus abordables parce que les procédés de fabrication sont moins dispendieux. On remplace le lait par des ingrédients moins coûteux. On trouve même des mélanges à gâteaux sans lait ! Il faut donc savoir tirer leçon des revers de l’industrie : le lait coûte plus cher que la lécithine de soya ! Les compagnies qui font des produits bon marché la préfère donc pour bien des produits.

Les étiquettes qui ont le plus grand potentiel à créer de la frustration sont celles qui sont si longues qu’on a peine à se rendre à la fin. Je me décourage généralement avant la fin, quoique j’ai probablement dû laisser sur les tablettes un ou deux aliments sans lait depuis les derniers 6 ans à cause de cette paresse. Je commence habituellement par lire la fin d’une étiquette.

Les listes d’ingrédients qui terminent par : Peut contenir des traces de lait peuvent sembler décevantes à prime abord. Mais en fait, cette mention est une source d’espoir pour l’allergique modéré qui tolère les traces de lait. Cette mention confirme habituellement qu’il n’y a pas de source significative de lait dans l’aliment sauf pour les traces. Je prendrai alors le temps de lire la liste d’ingrédients en détail. Lorsque la mention ‘contient du lait’ parait sur une étiquette, alors je passe au prochain.

Lorsqu’on lit une liste d’ingrédients, il n’y a pas que le lait, le fromage et la crème à éviter. Une foule d’ingrédients laitiers sont déguisés sou des termes plus compliqués. Il faut les connaître tous sans exception ou transporter cette liste sur vous. Ces ingrédients sont aussi laitiers que le lait !

Autre détail important à savoir : les ingrédients sont listés en ordre décroissant. Ceci signifie que l’ingrédient en premier occupe une plus grande proportion de la recette que le dernier. Ils sont classés selon leur poids dans la recette. Si vous retrouvez arôme de beurre au début d’une liste de vingt ingrédients, il n’aura pas le même potentiel allergène que si vous le retrouvez à la fin d’une liste de vingt ingrédients. De plus, si vous retrouvez l’ingrédient laitier à la fin d’une liste de trois ingrédients, il y a de bonne chances qu’il soit plus abondant dans cette recette que si vous le retrouvez à la fin d’une liste de dix ingrédients.

Malgré toutes vos précautions…

Vous avez une réaction à un produit dont la liste d’ingrédients ne contenait aucun ingrédient laitier ? Vérifiez avec le fabricant, surtout dans le cas de petites compagnies ou de produits faits maison car des erreurs d’étiquetage se glissent souvent. De plus, sachez que les fabricants n’ont pas à légalement à déclarer un aliment s’il contient moins de 2% de sa composition. (C’est une des raisons pourquoi il y a tant de gens qui se battent pour une meilleure loi de l’étiquetage.) Si votre allergie est si sévère qu’elle peut être mortelle, cette méfiance est importante.

Une plus grande variété disponible

Heureusement, dans ce monde où l’on parle le plus en plus d’allergie, les produits pour allergiques sont de plus en plus nombreux. Les produits sans lactose sont également beaucoup plus nombreux qu’avant. Mais prenez gare de ne pas vous y fier aveuglément. Et ces produits coûtent cher et toute cette variété rend le magasinage effectivement compliqué. Même le simili-fromage, soi-disant sans lait contient des ingrédients laitiers! (sous forme de caséine). Mais heureusement, il y a bien des moyens de se débrouiller pour aller chercher son calcium sans se vider les poches.

Pour connaître les aliments non-laitiers qui sont de bonnes sources de calcium ainsi que tous mes trucs pour bien vivre sans produits laitiers, mon livre de recettes ‘Sans lactose: 21 jours de menu’ de la collection Savoir Quoi manger aux Editions Modus, vous aidera à résoudre le casse-tête!

Si vous ne savez pas encore si vous êtes intolérant au lactose ou allergique au lait, éclaircissez le mystère: mon mini-programme d’autodiagnostic en trois étapes faciles vous guidera!