La balance: outil de mesure ou outil de torture?

0
576

Article par Nathalie Tousignant, nutritionniste

Pour la plupart des personnes préoccupées par leur poids, il semble inimaginable d’entreprendre une démarche sans se peser. On attribue à la balance un pouvoir qu’elle n’a pas et on lui fait entièrement confiance. Pourtant, la balance magique qui fait perdre des kilos n’a pas encore été inventée! De plus, la balance nous trompe, pour plusieurs raisons.

La balance fut inventée en Mesopotamie il y a très longtemps. Le but de cet outil était de peser les sacs de sel ou de farine dans le but d’en déterminer la valeur pécunière. Mais il y a une différence majeure entre un sac de sel et un organisme vivant. Un sac de sel a toujours le même contenu en eau, à moins bien sur d’avoir été mouillé. Mais un humain change constamment d’état d’hydratation. On pèse aujourd’hui les gens comme s’ils étaient des objets sans vie, qui ne respirent pas, ne mangent pas et n’éliminent pas.

Perdre du gras…ou de l’eau?

Il y a trois constituants principaux qui donnent du poids à notre organisme: la masse maigre (os, muscles, autres tissus), le gras et l’eau. Le poids de chacun de ces trois éléments est variable, mais la composante la plus variable est l’eau. Nos organes échangent de l’eau continuellement, en utilisent et en éliminent. Le contenu en eau du corps peut donc varier causant un écart de poids pouvant aller jusqu’à 4 ou 5 livres chez certaines personnes, sans qu’on y puisse y faire quoique ce soit. Le nombre sur la balance change mais, la silhouette, elle, non.

Cette variation de poids normale est celle que les gens mettent sur le compte de leur dernier écart.

Plusieurs facteurs influencent donc le poids sur le pèse-personne.

En voici quelques uns:
• Le moment de la journée (le matin vs le soir)
• La période du mois (pour les femmes, dû au cycle menstruel)
• Les vêtements; les gens pèsent toujours plus chez le médecin qu’à leur domicile, avez-vous remarqué cela? C’est normal, à la maison, celles qui se pèsent le font au lever, à jeûn, après avoir passé à la salle de bain et en sous-vêtements!
• La prise d’aliments salés, surtout pour celles non habituées à manger salé, due à la retention d’eau
• La prise de certains médicamments
• Le statut d’hydratation du corps
• La présence de constipation ou au contraire, de diarrhées
• Le gain musculaire
Pour ce dernier point, le gain musculaire, c’est notamment le cas des personnes qui entreprennent un programme d’entraînement. Bâtir de la masse musculaire peut avoir pour effet d’augmenter le poids sur la balance alors que le tour de taille diminue. Les risques à la santé diminuent, et la taille de vêtements également. Mais la balance, elle, continuera de mentir sur les vrais acquis.

En plus de ne pas être fiable, l’utilisation de la balance comporte des effets psychologiques néfastes, sutout pour celles préoccupées par leur poids, donc celles qui l’utlisent le plus! La balance peut détermniner l’humeur de la journéé et un état de déprime si le nombre n’est pas celui désiré. Ou encore, si le nombre est mieux que celui attendu, alors là, la personne saute de joie et se dit qu’elle peut bien se permettre quelques petits écarts aujourd’hui n’est-ce pas? Donc, la balance a le pouvoir de décider ce que la personne va manger et quelle humeur elle aura pour la journée. Le lendemain, c’est encore à valider et la personne attend le verdict avec anxiété. Parfois, l’anxiété générée par la pesée peut être suffisante pour faire déclencher un débordement alimentaire (rage, compulsion).

Une démarche qui est efficace et qui dure dans le temps n’est pas basée sur la balance. Changer ses comportements alimentaires prend du temps et n’affectera pas le profil corporel en dedans d’une journée. Voir une nutritionniste ou s’abonner à un programme dans le but de se faire peser régulièrement pour se motiver est, selon moi, la meilleure façon d’échouer et de se décourager à long terme. Une nutritionniste est là pour aider la personne à comprendre ses comportements face aux aliments, l’outiller pour modifier les habitudes nuisibles, et fixer des objectifs de changements qui conviennent à la personne. Développer la confiance en son potentiel de changement, c’est ce qui constitue les piliers de la vraie motivation. Ce n’est certainement pas un nombre aléatoire dicté par un objet inanimé, qui n’a aucune capacité de nous féliciter pour tout ce qu’on a accompli, qui va reconstruire notre confiance sur une base solide!

J’ai remarqué que les personnes qui abandonnent l’utilisation de la balance, se disent non seulement libérées de ce fardeau, mais en plus, elles portent d’avantage attention aux signaux de leur corps, soit leurs signaux de faim et de satiété. Ces signaux sont la clé pour respecter les vrais besoins nutritionnels de son corps.

Vous voulez en savoir plus?

Contactez-moi ou Consultez mon programme: La paix d’esprit avec mon alimentation et mon corps? Oui SVP! 

 

Me contacter!