Choisir la santé pour nos jeunes: des demandes judicieuses de la Coalition Poids à nos dirigeants

0
161

La Coalition pour le Poids, durant cette campagne électorale 2019, est plus qu’active pour s’assurer que ses revendications soient entendues. Passeport Nutrition appuie totalement la demande la Coalition Poids à nos dirigeants, qui est de mettre en vigueur une taxe sur les boissons sucrées, qui sont un réel facteur favorisant la hausse de l’obésité et ce à un âge de plus en plus jeune.

Dans sa lettre ouverte au Premier ministre, la Coalition Poids rappelle que  »l’INSPQ évalue que l’obésité coûte annuellement près de 3 milliards de dollars aux contribuables québécois. Bien que le gouvernement ait réalisé certaines actions pour promouvoir de saines habitudes de vie, les gestes posés et les investissements restent trop timides par rapport à la gravité de la situation. Pourtant, chaque dollar investi en prévention offre un excellent retour sur l’investissement. Pour freiner l’épidémie d’obésité et d’embonpoint, qui touche plus de 4 millions de Québécois, il est nécessaire de transformer les milieux de vie et de s’assurer que les choix santé soient faciles et accessibles à toute la population. Parmi les actions à mettre en place figure notamment l’instauration d’une taxe sur les boissons avec sucre ajouté, dont les revenus seraient réinvestis en prévention. La littérature scientifique démontrant bien leur nocivité, il s’agit de l’une des mesures les plus prometteuses en termes de coûts-bénéfices. Une taxe lancerait un signal clair à l’égard de la consommation régulière de ces boissons surconsommées au Québec. Les boissons sucrées représentent la plus importante source de sucre ajouté dans l’alimentation et leur consommation quotidienne est la seule pratique alimentaire étant systématiquement associée à l’obésité chez l’enfant. Déjà instaurée avec succès dans plusieurs pays, les résultats d’une telle mesure sont fort prometteurs pour le Québec.

La demande directe est faite dans cette lettre ouverte (lire la lettre complète ici):

 »Monsieur le Premier ministre, avec plus de la moitié de la population en surpoids, il est grand temps pour le Québec de faire preuve d’audace et d’investir généreusement dans sa plus grande richesse naturelle : des Québécois en santé. Pour y parvenir, une taxe sur les boissons sucrées est certainement une alliée.  »

Le phénomène est mondial. Nutrition sans Frontières, avec ses 300 jours de mission durant la dernière année, le constate à chaque mission.

Les boissons Youki inondent littéralement le Bénin

Exactement comme l’on fait et comme le font encore les compagnies de boissons sucrées en Amérique, les compagnies de boissons choisissent les jeunes pour cibles. Sans compter qu’au Bénin et dans d’autres pays d’Afrique, il n’y a pas encore vraiment autre chose à boire que les boissons sucrées et…la bière. Ce qui n’est guère mieux pour prévenir l’obésité.

Pour endosser cette demande avec nous et aider la Coalition à encourager nos dirigeants à bouger, à protéger le capital de santé de la prochaine génération plutôt que les intérêts capitalistes, signez la lettre ouverte vous aussi en cliquant ici!

Nutrition sans Frontières souhaite d’ailleurs soutenir ce pays à produire ses propres jus de fruits en soutenant l’entreprenariat des jeunes et à travers ses différents projets. Le projet FSO pour soutenir les mères durant la grossesse et le projet scolaire Un oeuf pour la Vie est l’un des véhicules que nosu entendons utiliser pour faire de la sensibilisation en ce domaine ou il est urgent d’agir… Car l’épidémie d’obésité qui sévit dans les populations urbaines du Bénin n’est qu’un copié-collé de ce qui se vit en Amérique, mais avec des répercussions beaucoup plus graves car les pays émergents n’ont et n’auront pas les capacités financières d’assumer le fardeau financier que cela représentera en soins de santé dans l’avenir. Le double fardeau nutritionnel, qui est celui d’avoir à gérer une moitié de sa population en obésité et l’autre dénutrie, est un défi de taille qu’on ne sait pas trop encore comment aborder. Même ici d’ailleurs, nous n’avons pas cette capacité et la prévention serait une bien meilleure avenue afin de préserver nos acquis en santé.

Les revendications de la Coalition Poids sont un début afin d’au moins freiner l’augmentation de la consommation de ces boissons, vu leur impact majeur et démontré sur la hausse de l’obésité chez les jeunes.

Signer la lettre ouverte ici maintenant

La population a jusqu’au 8 octobre pour manifester son opinion – merci de partager cet article et d’encourager vos collègues et amis à signer la lettre ouverte.