Malnutrition chez les étudiants? Le livre numérique gratuit Viens Manger à la rescousse!

0
208

La malnutrition chez les étudiants, ce n’est pas un mythe, même dans notre pays choyé.

Saviez-vous que 11 % des étudiants de l’Université de Montréal ont rapporté manquer de nourriture parce qu’ils n’avaient plus d’argent*? Et que 200 étudiants fréquentent, semaine après semaine, la Banque alimentaire de l’UdeM pour arriver à se mettre quelque chose sous la dent?

Interpellée par le sort des étudiants qui peinent à joindre les deux bouts ou qui sont préoccupés par les prix lorsque vient le temps de faire un choix alimentaire, la professeure et diététiste Marie Marquis a décidé de leur faciliter la vie en leur offrant un livre intitulé Viens manger! Les lecteurs pourront accroître leurs habiletés en cuisine… tout en économisant et en mangeant sainement.

Édité en format électronique, Viens manger! est diffusé gratuitement http://cscp.umontreal.ca/nutriti…/documents/viens_manger.pdf

Des trucs pour économiser et cuisiner simplement !

En transformant soi-même ses aliments de base, on débourse de trois à quatre fois moins d’argent pour se nourrir; sur une année complète, cela représente des économies potentielles de 6500 $ à plus de 9000 $!

C’est là l’une des choses qu’on apprend au fil des cinq premiers chapitres composés par la Stéphanie Côté, nutritionniste.

«Les étudiants partent souvent de zéro quand vient le moment de planifier leurs menus et les achats qu’ils feront à l’épicerie, indique Mme Côté, passionnée de vulgarisation et communication en nutrition. Mon objectif était de leur donner confiance pour cuisiner et de les motiver à le faire, car plus on cuisine, plus on devient bon et fier!»

En plus d’expliquer en quoi il est économique de cuisiner et comment on peut s’y prendre, Stéphanie Côté donne une foule de trucs pour mieux organiser ses repas, s’approvisionner sans trop dépenser, éviter le gaspillage, tout en faisant connaître aux étudiants les nombreuses ressources offertes sur le campus, notamment par les Services aux étudiants (SAÉ), dont la Banque alimentaire, la Popote étudiante, les consultations en nutrition, et plusieurs autres à l’extérieur du campus. Ces conseils s’inscrivent d’ailleurs dans le courant du développement durable.

On apprend aussi à cuisiner avec les «touski», c’est-à-dire «tout ce qui» reste dans le frigo! Et à bien s’alimenter en cuisinant sans viande, du moins en partie. «Un kilo de bœuf haché maigre coûte environ 15 $, tandis que la même quantité de lentilles sèches coûte 3 $, fait remarquer Stéphanie Côté. En intégrant 10 repas végétariens sur les 21 qu’on mange par semaine, on économise 1000 $ par année sans se priver de protéines!»
https://nouvelles.umontreal.ca/…/viens-manger-un-livre-gra…/