Comment économiser à l’épicerie

0
1133

Article par Sandra Griffin, nutritionniste

L’épicerie coûte de plus en plus cher, c’est vrai alors tous les petits trucs pour économiser sont toujours les bienvenus. Au niveau de l’alimentation, il est possible de faire beaucoup d’économie mais il faut savoir que ça implique bien souvent des changements d’habitudes réelles sur le long terme et des efforts et un investissement de temps.

Vous êtes prêts?

Manger moins de viande

Nous avons l’impression que ce sont les fruits et légumes qui font augmenter le prix du panier mais c’est plutôt du côté de la protéine principale qu’il faut regarder. Le prix de la viande, à cause de la demande croissante mondiale, ne fait qu’augmenter. Sans devenir végétarien, il existe des solutions pour diminuer de beaucoup le montant payé pour les viandes.

Diminuer la portion consommée: selon le Guide alimentaire canadien, une portion de viande correspond à 75g (2,5 onces. C’est tout petit! Et même si on vise 100g, cela signifie qu’une livre de viande hachée peut nourrir facilement 4 personnes adultes. Quatre!!! Comment y arriver? en accompagnant la portion plus petite de viande avec des légumes et un produits céréaliers à grains entiers. Ce repas sera donc rassasiant grâce aux protéines mais aussi aux fibres.

Remplacer une partie de la viande dans une recette par des légumineuses. Encore une fois, en limitant la quantité de viande consommée, il y a des économies à faire. Des lentilles dans une sauce à spaghetti ou haricots rouges dans un chili ou dans la viande à tacos, c’est délicieux et peu coûteux.

Il existe d’autres sources de protéines à plus faible coût: Les oeufs, légumineuses, tofu, et poisson en conserve sont économiques mais il est aussi pratique d’acheter la viande en solde et de la congeler. Une bonne planification des achats permet d’économiser énormément sur un longue période.

Éviter le gaspillage

Ce n’est pas un mauvais investissement que de dépenser pour s’alimenter… C’est même essentiel puisque nous sommes loin de produire nous-même notre nourriture. Mais lorsque vos achats d’aliments se retrouvent à la poubelle, la dépense s’avère complètement inutile. Jeter des aliments est malheureusement très courant, au Canada, 40% de ce qui est produit est jeté… Concrètement, les familles jetteraient 730$ de nourriture par année à la poubelle!

Même si malheureusement çela nous arrive tous, il vaut mieux tenter d’éviter de gaspiller des aliments. Bien planifier ses repas, acheter seulement les aliments nécessaires et créer des menus en fonction des aliments que nous avons déjà à la maison est un très bon départ pour limiter le gaspillage d’aliments.

Cuisiner selon les saisons et faire des réserves

Il y a des moments dans l’année où les aliments sont en abondance et donc à très faible coût. Les petits fruits en sont un exemple, faire des confitures avec les fruits de saison et les congeler ou les mettre en conserve vous fera économiser toute l’année en limitant l’achat de confitures du commerce et aussi de yogourts aromatisés en petits formats. Car les confitures se combinent à merveille avec le yogourt nature en gros format qui est souvent plus économique.

Les tomates et poivrons vers la fin août se vendent en caisses à des prix très bas et peuvent être congelés entiers et utilisés tout l‘hiver dans nos soupes, sautés et mijotés.

Les pommes, courges et citrouilles s’achètent à l’automne et se conservent plusieurs mois dans des températures fraîches et sèches.

Limiter les produits transformés

Barres tendres, yogourts en portions individuelles, bouillon de poulet en tétra pak, pain tranché, riz à saveur de tomates séchés… Qu’ont en commun ces aliments? Ce sont des aliments transformés et ils coûtent chers! Quand on entend parler d’aliments transformés on pense tout de suite aux croustilles, mets surgelés, soupes en conserve ou macaroni au fromage en boîte. Eux aussi sont des aliments transformés mais les yogourts et barres tendres le sont également, plus santé mais dont le coût fait grimper la facture d’épicerie. Dans plusieurs cas, il est possible d’en faire une version maison à moindre coût et de garder les aliments prêts-à-manger comme des dépanneurs. Au lieu des barres tendres, on peut faire des muffins ou biscuits, le riz aromatisé se remplace par le riz nature en gros format et peut changer de saveurs selon les assaisonnements qu’on y ajoute soi-même.

Le yogourt nature peut être aromatisé avec sirop d’érable, miel ou confiture. Pour le pain… faites des réserves en le congelant quand il est en solde parce qu’effectivement faire son pain est un art qui demande beaucoup de temps. Les produits transformés ont un coût. Cuisiner prend du temps mais c’est un investissement autant économique que santé: moins de sel, de sucres et d’agents de conservation, des gras de meilleures qualité etc.

Acheter des aliments en solde

La viande qu’on peut facilement congeler est un très bon exemple d’aliments à mettre en réserve lorsque les prix descendent. Le fromage en grosse brique peut aussi être congelé mais se conserve plusieurs mois non ouvert au frigo. Il arrive également que les gros sacs de riz, céréales ou farines soient soldés.

Si vous fréquentez les magasins entrepôts, vous savez déjà que plusieurs denrées de base valent la peine d’être achetées en grandes quantités car le coût est souvent très intéressant. Attention par contre, ces magasins sont rois dans l’art de nous faire perdre nos économies en achetant des choses dont nous n’avons pas besoin.

Planifier ses menus avec les aliments disponibles sous la main

Et si la solution pour économiser était de prévoir nos repas avec ce que nous avons déjà à la maison?
Nous avons des pain pitas? un reste de poulet et du fromage acheté en solde? Pizza!

Des boîtes de thon achetées à bon prix? Une casserole de pâtes aux thon avec béchamel feront l’affaire.

Du boeuf haché congelé? Les choix ne manquent pas!

Bien sûr, tout cela se décide difficilement sur un coup de tête le soir à 17h30. Il est toujours mieux de prévoir à l’avance les repas de la semaine et même d’en pré-préparer quelques-uns.

Avant de commencer la semaine, vous devriez, si votre menu est bien planifié, avoir à acheter seulements les aliments frais: (pain, lait fruits et légumes) et les aliments en solde à conserver pour une prochaine semaine. Si vous planifiez seulement des repas selon un magazine ou des recettes trouvées sur internet sans tenir compte des aliments déjà présents chez vous, l’épicerie va coûter cher et vous risquez de gaspiller certains aliments.

Faire du couponing?

Le couponing est une méthode pour économiser à l’épicerie qui utilise les coupons rabais combinés à des produits en solde et/ou des points primes. Les économies réalisées sont parfois vraiment impressionnantes. Les adeptes sont super organisés et y consacrent quelques heures par semaine. Après quelques semaines d’essais, je dois vous avouer que ce n’était pas pour moi. La plupart des coupons sont sur des produits transformés et cela nécessite de faire plusieurs épiceries par semaine ou fréquenter une épicerie qui honore les prix des autres bannières, ce qui n’est pas celle la plus près de chez moi. Si vous utilisez le couponing de façon intelligente et que ça vous permet de faire économie de temps et d’argent, pourquoi pas!

Planifier ses repas, c’est la solution!

Avant de faire l’épicerie, il faut planifier. Et encore plus, il faut non seulement choisir les repas que vous mangerez cette semaine et faire une liste d’achats mais je vous suggère également de faire une certaine partir de la popotte à l’avance. La préparation des repas le soir sera si courte que ce moment deviendra agréable et vous poussera à recommencer votre planification semaine après semaine.

Si la planification des repas est un idéal auquel vous aspirez depuis longtemps sans y arriver, je vous invite à jeter un coup d’oeil à mon cours en ligne sur le sujet ou à me contacter. Il est possible d’y arriver et vous y apprendrez une stratégie gagnante et facile à mettre en place. Ce qui mettra fin au casse-tête des soirs de semaine!